L’essentiel retour à la terre!

 

goutte

 

 

poubelle

 

feuille

 

blé

 Valorisation de la ressource en eau

L’eau douce est à la base de toute forme de Vie. L’activité humaine est responsable de la dégradation de cette ressource indispensable, et la consommation d’eau ne cesse d’augmenter. Il est vital de préserver cette ressource, en limitant notre consommation et en rendant à la nature une eau propre. A notre sens, une filière d’assainissement se doit d’être efficace, simple, rustique avec une longue durée de vie. La phytoépuration (ou plus scientifiquement : filtres plantés de macrophytes) vise à remplir ces objectifs.
Les plantes utilisées sont rustiques et poussent à l’état naturel dans les plans d’eau. Elles se régénèrent en se multipliant rapidement grâce à leurs rhizomes. Elles peuvent supporter des périodes sèches (par exemple en période estivale) ou au contraire des surcharges d’alimentation ponctuelles. Grâce à ce processus efficace aujourd’hui largement reconnu, les eaux rejetées en fin de filière sont valorisables et peuvent être utilisées au jardin d’ornement, ce qui permet une économie d’eau tout en infiltrant les rejets.

 

 Valorisation des matières et vraie autonomie

L’assainissement autonome, tel qu’il est perçu aujourd’hui, usurpe le terme d’« autonomie » puisqu’ il engendre des boues (résidus non solubles issu de l’activité biologique des bactéries qui épurent les eaux usées) dont l’élimination et le retraitement sont collectifs. En effet, le prétraitement classique par fosse engendre une dégradation incomplète qui aboutit à la production de boues et de gaz malodorants. Les boues sont un concentré de pollutions et leur élimination constitue un véritable problème pour la collectivité : transport coûteux et polluant, surcharge des stations d’épuration existantes engendrant une pollution résiduelle…
Nous défendons le respect des cycles de Vie et une gestion locale des matières a contrario d’une gestion centralisée, génératrice de nuisances et de pollutions. Les filières plantées de macrophytes ne génèrent pas de boues mais produise un compost valorisable localement.

 

 Valorisation esthétique

Les filières classiques d’assainissement considèrent les eaux usées comme un déchet que l’on cherche à cacher. Nous considérons au contraire les eaux usées comme étant une ressource profitable à l’installation d’une zone humide plantée, dont l’esthétique agrémentera le jardin dans un souci d’intégration paysagère. La filière est constituée de bassins successifs végétalisés et les espèces de plantes choisies ont une durée de végétation et de floraison longue. En fin de traitement, une zone de rejet végétalisée complète l’aménagement paysager.

 

Régénération des sols

En mettant aux normes toutes les installations individuelles, l’Homme contribue chaque jour à appauvrir le cycle de la matière et à polluer le cycle de l’eau. Pour parer à l’appauvrissement des sols, les amendements chimiques de synthèse sont utilisés mais le lessivage de ces dérivés de l’industrie pétrochimique contribue également à la pollution des nappes et cours d’eau. Pour produire de l’eau potable, il faut donc des usines de plus en plus sophistiquées avec des traitements de plus en plus lourds et coûteux. La prise de conscience est réelle mais malgré beaucoup d’efforts, les cours d’eau ne retrouvent pas leur qualité car toutes les solutions envisagées ne remettent pas en cause notre mode de vie contraire à l’équilibre des cycles.

Les filtres végétalisées produisent du compost qui permet d’enrichir les sols. Les déchets organiques issus de la production de biomasse sont également valorisés : ils peuvent servir de couverture de sol (paillage) ou bien compostés pour une utilisation ultérieure.

Contact/Renseignement

+33 (0)6 87 16 43 92

+33 (0)9 53 64 59 73